3 conseils pour améliorer le niveau de satisfaction au travail de vos équipes

En ces temps difficiles, les collaborateurs éprouvent-ils encore de la satisfaction dans leur métier ? C’est la question posée par l’agence d’intérim belge Accent qui a récemment publié les résultats de son enquête concernant la satisfaction professionnelle des employés.

1 Belge sur 2 se plait encore dans son travail

D’une manière générale, les résultats de l’enquête menée par Accent sont encourageants puisqu’ils démontrent que plus d’un belge sur deux éprouve encore du plaisir au travail. Ils sont, en effet, 54% des 1001 personnes interrogées à se sentir satisfaits professionnellement parlant. Un chiffre tout de même rassurant !

Et ce n’est pas le seul puisque l’étude démontre également que 43% des participants se disent satisfaits de la gestion de la crise au sein de leur entreprise et que 63% affirment se sentir encadrés, soutenus par leurs managers et responsables.

Le rôle des managers pour des collaborateurs heureux

S’il est bien un point à retenir de l’enquête d’Accent, en effet, c’est le rôle joué par les managers et les responsables dans le bien-être des employés. Des managers qui motivent les troupes et soutiennent le développement tant professionnel que personnel de leurs collaborateurs, voilà qui serait la clé du plaisir au travail.

Car, si les résultats de l’enquête sont majoritairement positifs, ils montrent également que 34,5% des participants se sentent démotivés par leurs responsables, que 40% d’entre eux ne se sentent pas soutenus dans leur développement et que 32,5% ont le sentiment qu’on ne leur laisse pas de marge de décision dans leur travail. Des chiffres qui interpellent certes, mais qui n’ont rien d’une fatalité. Au contraire, il existe des solutions.

Les grands enseignements de l’enquête sur la satisfaction professionnelle

Le feedback pour maintenir la motivation

Selon Accent, 34,5% des participants de l’étude rencontrent des problèmes de motivation liés notamment à un sentiment de culpabilité. Ils ont l’impression de ne pas bien faire leurs tâches, de ne pas être aussi efficaces qu’ils le devraient. Autant d’émotions qui peuvent engendrer du stress et entacher la satisfaction au travail.

Ce pourcentage est intéressant parce qu’il démontre bien l’importance du feedback positif dans les pratiques de management. Pour garder sa motivation intacte, en effet, rien de mieux que de recevoir un retour bienveillant sur son travail. L’objectif est alors de renforcer les talents de chacun en les soulignant, en les valorisant. Bien sûr, cela ne veut pas dire pour autant que les critiques sont exclues. Elles se doivent simplement d’être constructives pour permettre au collaborateur de grandir.

Pour en savoir davantage sur le sujet, lisez ici l’article de Sophie Henrion, Porte-Parole de Protime, à propos de l’importance de replacer le feedback au centre de la communication d’entreprise.

L’accompagnement individuel et la cohésion d’équipe pour soutenir et stimuler

Quid des 40% qui ne se sentent pas soutenus ? Qu’est-il donc possible de mettre en place ? Lors d’une étude que nous avions réalisée fin de l’année dernière, il résultait que 68% des travailleurs belges francophones demandent à être évalués tout au long de l’année. Et si la clé, c’était effectivement de proposer aux salariés un accompagnement individuel ? Être à leurs côtés, mettre l’accent sur l’avenir, leur talent et leur développement personnel. Voilà la solution pour qu’ils se sentent soutenus.

Une autre solution consiste à renforcer la cohésion d’équipe. Plus une équipe est soudée, plus on est susceptible de se sentir soutenu par ses collègues et managers. Et si, en cette période de télétravail, la cohésion peut être mise à rude épreuve, il existe néanmoins plein de petites astuces faciles à mettre en place pour rester une équipe unie. Vous pouvez par exemple en découvrir 9 ici.

La flexibilité pour laisser une marge de décision

Enfin, les 32,05% qui ont l’impression de ne pas avoir de marge de décision démontrent notamment l’importance de la flexibilité, surtout à l’heure du télétravail intensif. Bien sûr, la flexibilité nécessite d’instaurer une confiance au sein de son entreprise mais ses résultats sur le moral et le bien-être au travail sont indéniables.

En travaillant avec des horaires flottants, votre entreprise peut aider son collaborateur à mieux allier vie privée et professionnelle. Les parents, par exemple, pourront commencer un peu plus tard pour aller conduire les enfants à l’école, finir un peu plus tôt pour aller les rechercher et reprendre le boulot dans le soirée quand les enfants sont au lit. Cela signifie donc moins de stress, plus d’engagement de la part des collaborateurs et donc également une meilleure productivité.

Quelle conclusion ?

La situation telle que nous la connaissons est bien sûr inédite. Elle est également difficile à vivre, et ce, pour tout le monde. Managers, collaborateurs, directeurs, nous sommes tous confrontés à un nouveau monde, nous devons tous jongler avec de nouvelles réalités.

Quant aux leçons à tirer de l’enquête, elles permettent de mettre en lumière le fait que tout est améliorable et qu’il existe des solutions à mettre en place au sein de votre entreprise pour éviter que vos collaborateurs ne se sentent démunis, seuls et insatisfaits.

Blog

Bien-être et engagement des salariés, 1 an plus tard où en sommes-nous ?

Découvrez, en images, les résultats de la dernière étude réalisée par Protime à propos des effets du télétravail sur le quotidien des travailleurs belges.

Blog

Laurence Vanhée : « Travailler sérieusement sans se prendre au sérieux »

Avant d’explorer plus amplement la thématique du bien-être au travail en sa compagnie le 29 avril prochain, Laurence Vanhée a accepté de répondre à quelques questions.