Desobry : digitaliser pour accompagner une croissance saine

Desobry, c’est plus de 70 ans d'histoire familiale. Depuis 1947 l'entreprise a bien évolué et a reussi à s'adapter à son environnement, ses clients et son marché. 

Aujourd’hui, Desobry distribue ses biscuits dans plus de 40 pays mais la production reste centralisée à Tournai. L'entreprise compte 260 collaborateurs. 

Une équipe RH qui a pris le train de l’automatisation

Les ressources humaines chez Desobry sont gérées de main de maitre par Laurie. Elle est en charge des missions quotidiennes et mensuelles comme la gestion des pointages et des dossiers personnels ou encore la préparation de la paie. Depuis 2009 cette gestion administrative est facilitée par l’utilisation de la solution Protime. Elle est supervisée par Nicolas, directeur financier et RH qui est garant du maintien de l’esprit familial de l’entreprise dans ce contexte de croissance et de digitalisation.

La digitalisation, évolution nécessaire et bénéfique pour l’entreprise

Comme toutes les entreprises du secteur agro-alimentaire, Desobry est soumise à la pression exercée par les distributeurs sur les prix et les conséquences sur ses marges. Mais loin de se laisser abattre, la biscuiterie a fait le pari de l’innovation technologique par la digitalisation.

C’est ainsi que 23 millions d’euros ont été investis dans l’automatisation des processus de production et 14 millions d’euros ont été consacrés à la construction d’une nouvelle usine.

Loin de nourrir les clichés liés à l’avènement du digital, Desobry a su prouver que le gain d’efficacité résultant de l’automatisation peut aider à gérer la croissance de manière optimale sans pour autant avoir des conséquences négatives sur le personnel, au contraire.  Dans un marché très concurrentiel, régulé par les grands acteurs de la distribution et sous pression en raison du poids du coût de travail, Desobry a réussi à garantir l’emploi de ses 260 collaborateurs.

Pour introduire le changement, il est important que chacun y voit les bénéfices

La digitalisation de l’entreprise ne concerne pas uniquement la production. L’équipe RH a notamment poursuivi l’automatisation de la gestion des temps avec Protime et l’introduction récente du nouveau portail collaborateur. Le but de cette évolution était de donner accès à l’information en toute transparence et à améliorer le flux de tâches quotidiennes comme les demandes d’absences, la gestion des compteurs ou encore la consultation des plannings. Il est loin le temps ou chacun des ouvriers devait se rendre au service RH pour ce type de sujet. Ils ont maintenant accès à leur propre page sur le portail (disponible sur leur smartphone/pc ou sur des badgeuses à disposition en différents endroits de l’entreprise).

Il est évident que ce changement a suscité un grand nombre de craintes de la part du personnel. Lorsque l’on observe la pyramide des âges de l’entreprise, on remarque sa forme qui s’évase au niveau des catégories d’âge supérieures. Les 50+ sont en effet fort représentés au sein du personnel dont la plupart ont fait leur carrière au sein de l’entreprise. Le passage aux demandes de congés en ligne ou encore au planning via le web fut donc un gros changement. Pourtant tous ont vu en cette digitalisation un pas important vers plus de transparence et une meilleure communication.

La digitalisation mais pas à n’importe quel prix

Desobry est donc un bel exemple de digitalisation réussie avec une croissance soutenue dans un secteur pourtant très compétitif mais surtout un personnel préservé et accompagné dans cette transition. La digitalisation coûte parfois très cher aux entreprises qui veulent aller trop vite et perdent leur culture et leur identité en chemin. Les responsables de Desobry veillent au grain et ont à cœur de préserver l’âme de la biscuiterie fondée par Léon en 1947. Elle est devenue un fleuron de notre gastronomie belge qui fait rayonner notre savoir-faire bien au-delà de nos frontières.