Transformation des métiers : face à l’inconnu, place à l’attitude – Partie 1

Le monde du travail évolue, c’est indéniable. La digitalisation des méthodes et des processus impacte forcément les entreprises qui n’ont d’autre choix que de s’adapter à ces mutations. Loin de remplacer l’humain, l’intelligence artificielle va nous obliger à repenser notre façon de travailler. Certaines tâches pour lesquelles la machine sera plus efficace ne seront plus effectuées par l’homme. Toutefois, ce dernier restera toujours le stratège qui fera évoluer le robot et en exploitera au maximum les possibilités en fonction des objectifs qu’il se fixera.

Jusqu’où ira la technologie ? De quels outils disposerons-nous demain ? Quels seront les métiers de demain ? Personne ne le sait.

Cette réalité se répercute assurément sur l’apprentissage des métiers : il va falloir apprendre à apprendre.

Les mutations du monde du travail : une réalité étudiée

Une étude réalisée par l’Institute for the future & Dell Technologies révèle que le monde du travail en 2030 sera très différent de celui que nous connaissons aujourd’hui. Le constat qui en découle est le suivant : 85% des métiers que nous connaîtrons en 2030 n’existent pas encore.

La cause ? La transformation numérique et la robotisation, bien sûr. Le digital va prendre de plus en plus de place au sein des métiers, entraînant par la même occasion une évolution du travail. Désormais, les fonctions professionnelles vont devenir de plus en plus stratégiques. L’homme, en effet, sera toujours nécessaire pour programmer les machines et leur donner les consignes mais aussi et surtout pour analyser les résultats et adapter la stratégie de l’entreprise en fonction.

De nouveaux modes de travail verront le jour

Forcément, de tels changements vont amener une nouvelle manière de travailler.

  • Les travailleurs vont occuper de plus en plus d’emplois sur la durée de leur carrière : nous allons nous diriger peu à peu vers plus de flexibilité au sein des carrières. C’est un constat qui se fait déjà ressentir à l’heure actuelle parmi les nouvelles générations. Là où nos parents et grands-parents s’engageaient pour plus de 40 ans auprès d'un employeur, les jeunes de maintenant sont plus flexibles et changent régulièrement d’emploi.
  • Le marché de l’emploi comprendra de plus en plus de travailleurs indépendants : selon l’étude de l’Institute for the future & Dell Technologies, l’entrepreneuriat est déjà en pleine croissance (+14% en France, +10% aux Royaume-Uni). Cela signifie que de nombreux travailleurs effectueront des missions spécifiques liées à leur domaine d'expertise et seront de moins en moins engagé dans une fonction globale et polyvalente.
  • La flexibilité des carrières se retrouvera aussi au niveau des horaires et du lieu de travail. Puisque le digital permet à beaucoup de métiers de ne plus dépendre d’un bureau fixe, il sera possible pour certains profils de proposer leurs services à une entreprise à l’autre bout de la planète.

Quelles compétences pour demain ?

Au vu des mutations du monde du travail, quelles compétences les travailleurs doivent-ils désormais privilégier ? La réponse indéniable n’est autre que les soft skills (les compétences humaines), qui composent notre attitude en tant que travailleur. 

  • Méthode et créativité : pouvoir résoudre des problèmes complexes et imprévisibles devient une priorité. Ce que les entreprises attendront de leurs collaborateurs, en effet, c’est de savoir s’adapter aux situations nouvelles.
  • Savoir influencer et persuader : puisque l’autonomie et les initiatives seront bien plus valorisées, pouvoir défendre ses idées et ses projets devient également une compétence primordiale.
  • Travailler en équipe : les relations sociales prennent une place importante dans les compétences de demain. Il vous faudra intégrer des équipes multidisciplinaires, d’où l’importance d’apprendre non seulement à travailler en équipe mais aussi à aller chercher l’expertise là où elle est.
  • Faire preuve de résilience : si l’échec fait partie intégrante de la formation, elle devra aussi intégrer les compétences des travailleurs dans le sens où ils devront développer leur capacité à faire face aux difficultés et à l’échec.

Protime a décidé de prendre le train en marche

Rendez-vous dans la deuxième partie de cet article pour découvrir comment Protime anticipe ces changements et partez à la rencontre de Nicolas. Protimer depuis 6 ans, il vient d’être nommé digital Marketeer sans avoir ni l’expérience ni le diplôme mais grâce à sa volonté de fer et une créativité sans limites !

 

Sources:
- Emerging technologies' impact on society & work in 2030, by Dell technologies & Institute for the future
- La révolution des métiers,"Nouveaux métiers, nouvelles compétences, quels enjeux pour l'entreprise", Ernst & Young