Savez-vous pourquoi vous allez travailler tous les matins ?

Cette question était le fil rouge de la Nuit des entrepreneurs inspirants namuroise de ce 26 mars. J’ai eu le plaisir d’y participer avec ma société Protime et de prendre part au débat sur le thème du leadership et de l’engagement des collaborateurs.

La soirée a rempli sa mission en ce qui me concerne car elle m’a effectivement inspirée. J’aimerais partager avec vous le fruit de ma réflexion et des discussions que j’ai pu entretenir avec les entrepreneurs présents.

Toute entreprise a besoin d’une bonne histoire

Le premier conférencier de la soirée nous a fait réfléchir sur l’histoire de notre entreprise et de ses produits/services et la manière avec laquelle nous la communiquons auprès de notre public. Illustré avec humour, le thème de cette intervention est devenu « comment assurer l’engagement des collaborateurs qui travaillent dans une société produisant par exemple des brocolis surgelés ? ». Cela donne à réfléchir. Je me suis immédiatement identifiée à cette question car il est vrai qu’en travaillant pour une société éditrice d’un logiciel de gestion de temps, nous ne pouvons pas tout miser sur l’attractivité de notre métier pour attirer et retenir nos talents. Que ce soit des légumes en sachet ou un logiciel de pointage et planning, la difficulté est la même : « pourquoi venir travailler chez nous ? ».  Une bonne histoire (et vraie !) est donc nécessaire pour expliquer au monde extérieur que notre société est la meilleure du monde.

L’histoire de Protime appartient à ses Protimers

Chez Protime, l’histoire s’est construite naturellement au fil des années. Comme j’ai pu l’expliquer lors de mon intervention, l’entreprise connait en effet une croissance importante et surtout un rythme effréné en ce qui concerne le recrutement de nouveaux collaborateurs. Pourtant nous n’avons plus recours à des agences de recrutement pour trouver nos nouveaux Protimers car ceux-ci viennent à nous naturellement. Comment ?

Grâce à l’histoire véhiculée par nos collaborateurs. En effet, notre culture d’entreprise est très forte et est basée sur une organisation favorisant le leadership. Les différentes équipes qui composent l’entreprise ne dépassent jamais 10 à 15 personnes pour favoriser la collaboration et la communication. Chacune d’entre elles détient 80% de pouvoir de décision et est donc gérée comme une mini-entreprise dans l’entreprise. Pour que cela fonctionne, tout recrutement repose sur une attitude avant le contenu d’un CV : esprit entrepreneur et collaboratif sont les premières qualités recherchées. C’est ainsi que chaque Protimer contribue grâce à ses idées et à son engagement au succès de l’entreprise et à sa propre évolution

Ce modèle semble plaire puisque nos collaborateurs ont répondu favorablement pour la 7ème année consécutive à l’enquête de la Vlerick Business School et ont élu Protime Great Place to Work. Fiers de leur entreprise, les collaborateurs en ventent donc les mérites au sein de leur propre réseau de connaissances. Nous recevons ainsi énormément de candidats recommandés par nos propres collaborateurs et le bon « match » est presque toujours au rendez-vous. En effet, qui de mieux qu’un Protimer pour recruter un Protimer ? 

Définir le Pourquoi et le communiquer

L’important n’est donc pas ce qu’on fait, mais comment on le fait et surtout pourquoi on le fait ?

La dernière intervenante qui nous a parlé du nouveau monde du travail m’a confortée dans cette idée. Mentionnant la théorie des cercles d’or de Simon Sinek, elle a rappelé qu’il fallait toujours commencer par le pourquoi. Cela signifie par exemple qu’instaurer le télétravail et de la flexibilité en espérant véhiculer une belle histoire au sein de notre entreprise ne suffira pas. Si les collaborateurs ne comprennent pas le pourquoi de ces nouvelles méthodes de travail, ils ne les utiliseront pas ou alors à mauvais escient et cela nuira à la productivité.

C’est ainsi que Protime communique sur ses objectifs en toute transparence et implique les collaborateurs dans leur suivi. Et cela ne se limite pas aux objectifs financiers habituels et bien nécessaires : le titre de Great Place to Work ou encore le recrutement des nouveaux collaborateurs sont eux aussi devenus des objectifs stratégiques au même titre que la croissance. Je peux donc dire que je ne me lève pas le matin en pensant que je vais participer à la vente de logiciels de gestion des temps mais que je participe activement à une belle histoire.

Les autres bénéfices du « Why »

Certains seraient tentés de me dire que cette belle histoire permet uniquement d’attirer plus de collaborateurs et de diminuer les frais de recrutement. Mais la soirée du 26 mars qui a suivi ces conférences passionnantes m’a prouvé que non. En effet, plusieurs entrepreneurs/chefs d’entreprise sont venus me trouver pour discuter de Protime et de ses solutions car la culture d’entreprise leur a plu et ils s’y identifiaient fortement. La belle histoire Protime porte donc ses fruits bien au-delà des murs de l’entreprise…