Quand les ressources redeviennent humaines (et ça, c’est nouveau) !

L’avenir des RH : des prédictions erronées ?

Les RH ont changé, ce n’est pas nouveau. Rassurez-vous, je ne vais pas vous répéter que leur rôle n’est plus simplement limité à un service administratif, qu’elles s’occupent désormais de bien plus que de payer des salaires (et de s’assurer qu’ils soient corrects). Nous l’avons tous déjà assez entendu et ça devient lassant. Je ne vais pas non plus vous dire que le RH est devenu plus stratégique, qu’il a plus de poids dans l’entreprise maintenant qu’il participe davantage aux grandes décisions. Ce serait également rétrograde.

Au fond, ce que j’observe dans les entreprises avec lesquelles nous travaillons, c’est une réalité bien différente de celle qu’on nous avait prédite. Depuis une dizaine d’années, en effet, on nous dit que le digital va peu à peu remplacer l’humain, que le RH va devenir un financier destiné à contrôler les coûts et qu’il n’aura plus aucun contact avec l’humain. Pourtant, la réalité est bien différente et l’avenir qui se profile est tout autre. Je m’explique.

Tordons le cou aux clichés

Le digital, cette bête noire

Qui n’a jamais entendu dire que le digital allait bientôt remplacer l’humain dans le monde du travail ? Alors, certes, les réseaux sociaux d’entreprise font qu’on communique moins en face à face. Les collaborateurs n’ont plus besoin de se rendre au service RH pour toutes les questions administratives : ces plateformes leur permettent d’encoder par eux-mêmes déjà beaucoup de choses (congés de maladie, vacances…) et d’obtenir une réponse rapide.

Mais n’est-ce pas justement là une manière de placer l’humain au centre de l’entreprise ? Ces plateformes, en effet, sont avant tout collaboratives. Il s’agit de travailler ensemble pour tout ce qui peut l’être, libérant ainsi du temps pour les RH qu’elles pourront consacrer à d’autres tâches.

Le RH, un contrôleur des coûts ?

En matière de coûts, les RH ont souvent le mauvais rôle au sein de l’entreprise. L’humain, en effet, représente un coût certain : la masse salariale peut parfois monter jusqu’à 60% des frais de l’entreprise. Et comme ce sont les ressources humaines qui gèrent les salaires…

Pourtant, ce qui coûte le plus cher, ce ne sont pas tellement les salaires. Ils font partie du jeu. Non, ce sont surtout les congés de maladie, les burn out… bref, tous les risques liés à un mal-être qui sont à redouter. Or, le rôle des RH est de prévenir ces problèmes, en créant notamment une harmonie, un équilibre au sein de l’entreprise et donc en plaçant le bien-être des collaborateurs au centre de ses réflexions.

Les initiatives de bien-être vont d’ailleurs bien plus loin que le télétravail dont on entend toujours parler. Il existe, par exemple, l’aménagement d’horaires, qui entraîne un cadre de travail moins rigide, tout en gardant quand même un suivi administratif grâce aux différentes plateformes de gestion des temps.

Les ressources humaines, créatrices de culture d’entreprise

Puisque le marché de l’emploi change, il est indéniable que le recrutement doit également évoluer. Nous sommes depuis quelques années dans ce que l’on appelle « La guerre des talents ». Plus que jamais, en effet, on se rend compte que les candidats pour les postes-clés manquent. Le travail du RH ne consiste donc plus simplement à recruter mais bien à séduire, retenir et même parfois faire revenir les candidats.

  • Les séduire en travaillant sur la culture d’entreprise pour la rendre attirante aux yeux du marché de l’emploi.
  • Les retenir en continuant à améliorer cette culture d’entreprise pour fidéliser les collaborateurs (c’est devenu indispensable maintenant avec la volatilité de la génération Z).
  • Les faire revenir, grâce à une culture d’entreprise qui fait la différence par rapport à celle de vos concurrents. En plus, ces collaborateurs boomerang, comme on les appelle, sont un atout pour votre entreprise : ils ont gagné une nouvelle expérience et seront d’autant plus fidèles puisqu’ils savent pourquoi ils reviennent.

Il s’agit donc de placer le candidat, et donc une fois de plus l’humain, au centre de chacune des démarches de recrutement.

Les métiers de demain, de quoi l’avenir sera-t-il fait ?

Cette guerre des talents soulève une autre question cruciale pour le marché de l’emploi : quels seront les métiers de demain ? Pour la plupart, nous ne les connaissons pas encore. Le numérique et le digital vont certainement entraîner de nouveaux métiers. Voilà pourquoi le recrutement, plus que jamais, doit se baser sur l’humain. Il est désormais primordial d’engager une attitude et non des compétences et donc de se tourner vers des personnes flexibles, qui aiment se former et apprendre de nouvelles choses.

Le mot de la fin

Tout ça pour dire quoi ? Tout simplement que je pense que, contrairement à ce qu’on nous dit depuis quelques années, le RH ne devient pas plus stratégique. Pour moi, ce n’est même pas une question de stratégie mais plutôt d’agilité. Ce qui le caractérise et le caractérisera encore davantage dans l’avenir, c’est sa capacité à s’adapter à un monde du travail qui change et à placer l’humain au centre de ses réflexions.

 

Sophie Henrion