La Meuse en parle- Chez Protime, le télétravail est définitivement devenu la norme

Source: La Meuse Namur, 12/06/2020

Namur: chez Protime, le télétravail est définitivement devenu la norme

Spécialiste de la gestion des horaires, l'entreprise Protime a décidé de favoriser définitivement le télétravail. Pour la société, qui possède un site à Namur, travailler à domicile devient la norme. Il faut introduire une demande pour revenir au bureau. Une nouvelle logique que Protime tente d'introduire chez ses clients.

Le confinement a forcé la plupart des entreprises à mettre leurs employés au télétravail. Ils sont maintenant de plus en plus à être poussés à revenir au bureau, la vie normale reprenant doucement. La société Protime a décidé de ne plus revenir en arrière. Installée notamment à Loyers, elle inverse la logique en faisant du télétravail la norme et le travail au bureau l'exception.

« Nous étions déjà dans une logique de télétravail avant la crise sanitaire, mais il fallait demander pour pouvoir travailler de chez soi », explique Sophie Henrion, porte-parole de Protime.

« Maintenant, toute personne travaille par défaut de la maison. Pour venir au bureau, l'employé doit entrer une demande dans une application et son manager doit ensuite valider sa demande. Nous veillons à ce que maximum 50 % des postes soient utilisés. C'est plus sûr. Et comme chaque employé doit badger s'il se rend dans un de nos sites, il sera plus facile à tracer si un de ses collêques est positif au Covid-19. On saura combien de personnes le collègue contaminé a pu rencontrer. »

Lorsque le coronavirus aura complétement disparu (si ça arrive...), Protime ne prévoit pas pour autant de revenir à son ancienne organisation. « Pour des questions de mobilité, de meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle, le télétravail a beaucoup d'avantages », souligne Sophie Henrion. &« On a pu constater surtout que la productivité ne baissait pas... au contraire | En étant à la maison, on s'organise selon son propre rythme. »

Faire confiance à ses employés

Protime sait que tout le monde n'est pas fait pour le télétravail non plus. Et rare sont ceux qui vont vouloir rester à 100 % chez eux. « Mais les gens sont assez grands pour savoir s'ils ont besoin ou envie de télétravailler, et à quel rythme. » Pour y arriver, il faut toutefois que les directions réussissent leur révolution mentale.

« Il faut une culture d'entreprise basée sur la confiance et ne pas vouloir nécessairement que 5es employés soient connectés non-stop de 9h à 17h. Certains vont peut-être se déconnecter
deux heures d'affiliée, par exemple pour aller rechercher leurs enfants, puis se reconnecteront à 20h. »

Au sein de Protime, les travailleurs ne se prêcipitent pas au bureau, pour instant, mais profitent bien de cette possibilité de télétravailler « Nous avons 30 places dans notre bureau de Namur : ce jeudi, nous sommes 5 », illustre Sophie Henrion.
Pour la société Protime, travailler sur cette nouvelle organisation allait de soi. L'entreprise est spécialisée dans la gestion du temps. Après avoir expérimenté  cette inversion de la norme autour du télétravail, elle propose maintenant ce modèle à ses clients.


« On commercialise toujours notre ancien modèle, avec pointeuses, gestion des pauses, etc. Mais nous proposons aussi le nouveau, que notre client peut appliquer pour tous ou pour une partie de ses employés. »

Basée à Aartselaar, près d'Anvers, Protime emploie 180 personnes en Belgique dont 30 installées à Namur. L'entreprise compte 300 clients en Wallonie.

 

Ch. Halbardier