Clone of ENTRETIENS D’ÉVALUATION: UNE NOUVELLE ENQUÊTE EN MONTRE LES LIMITES

Protime Evaluation

Source: HR Square / Protime.nl

Un collaborateur sur trois juge l’évaluation annuelle ou l’entretien de fonctionnement stressants. Dans 28% des cas, les points faibles et les points d’amélioration prennent le dessus. Seuls 16% des travailleurs déclarent que l’accent est mis sur leurs points forts et leurs talents. 35% souhaitent que davantage d’attention soit mise sur les possibilités de développements.

Ces résultats ressortent d’une recherche menée par Protime auprès de mille travailleurs aux Pays-Bas. La fréquence avec laquelle les collaborateurs sont évalués apparaît plutôt faible. Ainsi, près d’un quart des répondants (22%) n’ont pas d’entretien de performance avec leur manager. 47% ont une évaluation une fois par an. La qualité de cet échange laisse souvent à désirer. Seule une minorité d’organisations (8%) ont mis en place des entretiens de fonctionnement en tant que processus continu, alors que 30% des répondants veulent précisément que l’exercice soit plus régulier.

Des biais réaffirmés

Quand l’évaluation des performances n’a lieu qu’une fois par an, il se révèle difficile de prendre en compte la performance de l’année entière. Près d’un répondant sur cinq (19%) déclarent ainsi que la performance des six derniers mois était au cœur de la conversation. 16% disent même que l’accent est mis uniquement sur le dernier trimestre. La performance enregistrée en début d’année reçoit dès lors peu d’attention. Les travailleurs qui ont un véritable dialogue lors de leur évaluation reçoivent principalement des commentaires négatifs. Et c’est source de stress.